MENU : cliquez dessus pour l’ouvrir et le fermer.

9. EXISTENCE

S’enraciner dans l’existence

L’initié, grâce à l’énergie, fait voyager sa conscience dans les plans subtils, puis ramène la lumière subtile qu’il a rencontrée dans le domaine de l’existence. En effet, si l’initié accède maintenant aux plans subtils, son corps appartient au monde existentiel et son esprit peut faire descendre les lumières supérieures dans l’existence, afin qu’il devienne présence. Pour ce faire, l’initié utilise à la fin et au début de chaque méditation rythmo-phosphénique le vortex énergétique que les japonais nomment « hara », qui signifie ventre ou centre de gravité. Aiguiser les perceptions de notre centre de gravité nous permet d’être fidèle à nous-même, et ainsi de ne pas renoncer à notre présence en ce monde.

Le centre hara est un état d’esprit dans lequel l’homme est ouvert à lui-même, donnant ainsi la possibilité à son être essentiel de s’exprimer. L’initié qui souhaite se connaître doit se débarrasser des masques et des peurs de l’existence, et s’identifier à l’être, non à l’avoir et aux angoisses qui en découlent. En ce sens, le vortex énergétique du hara est une réponse : il permet à notre être essentiel de se manifester dans notre quotidien et de se réaliser selon les desseins de notre âme.

La méditation sur ce centre énergétique organise les perceptions et facilite en nous l’appréciation des énergies qui nous entourent, énergies subtiles qui nous guérissent et nous guident. Être ancré en son centre, s’enraciner, c’est se rendre disponible aux forces de notre Mère la Terre. Nous ne saurions élever nos branches vers la lumière si nos racines ne s’enfonçaient profondément dans la terre.

Méditater sur le centre hara

Les rythmes structurants pour le domaine de l’existence sont les rythmes d’une seconde. Et les exercices énergétiques dont les mouvements produisent les effets les plus structurants sont les balancements. Comme le monde existentiel connaît 3 directions spatiales, les principaux balancements suivent ces axes : balancement latéral, balancement vertical, balancement antéro-postérieur. Lorsque ces trois balancements sont combinés, l’on obtient la croix de l’existence, et l’oscillation du point de concentration (point lumineux) en croix.

Précisément, le balancement antéro-postérieur, qui donne de la suite dans les idées, favorise la réalisation au sein du plan actif. Le balancement vertical prépare aux expériences nocturnes, facilite les rêves d’envol et les dédoublements. Le balancement latéral, que nous exécutons avec notre tête ou notre corps, ou tout simplement le juste et efficace mouvement du hamac, produit la régularisation de l’alternance cérébrale (et nous déstresse).

Pour donner une image, le plan actif est semblable au jour, le balancement antéro-postérieur figure alors le réveil et le lever du soleil, et le balancement vertical le rêve et le coucher du soleil, le balancement latéral équilibre l’ensemble de la journée. Il apparaît donc que les balancements ont une vocation au sein du plan actif (monde de l’existence), leurs caractéristiques physiologiques entraînant l’énergie de l’intérieur vers l’extérieur en témoignent.

Ainsi un balancement de tête réalisé sur 1 seconde pour l’aller et 1 seconde pour le retour avec la pensée d’un point lumineux se balançant dans le centre hara (vortex situé environ 1 cm en dessous du nombril) permettra à l’initié de s’enraciner dans l’existence, de rapporter la lumière subtile et de s’élever dans l’arbre de vie (arbre des plans subtils) sans se détacher du monde de l’existence. En Naturophénologie, la méditation sur le centre hara est souvent pratiquée avec l’image d’une corde de lumière qui relie notre nombril à un arbre ou à une plante. Cette corde de lumière est un cordon ombilical énergétique qui nous relie aux énergies subtiles de notre Mère la Terre.

Les intelligences stimulées

La stimulation de la fonction rythmophosphénique de notre cerveau octroie le développement de diverses intelligences :

  • musicale grâce aux rythmes.
  • spatiale du fait de l’induction de points lumineux dans différentes directions.
  • langagière. Le langage est plus structuré, l’apprentissage facilité, et la créativité stimulée.
  • intrapersonnelle par une meilleure connaissance de soi-même, de ses pensées, et un recul sur soi.
  • interpersonnelle grâce à une compréhension plus profonde des autres et un contact plus intuitif.
  • corporelle et kinesthésique par la stimulation globale du système phénique et particulièrement les exercices de tensions statiques.
  • mathématique et révélatrice grâce aux états de conscience atteints.
  • enfin naturaliste, car la Naturophénologie permet d’établir un contact énergétique avec la Nature toute entière. Les forces des éléments de la Nature et du cosmos présentent de nombreuses analogies avec les éléments du corps et de l’énergie cérébrale. Ainsi par le contact énergétique avec l’ensemble de la création, l’initié retrouve en lui l’ensemble de ces éléments caractérisant les plans subtils et les différents niveaux de conscience auxquels il accède.

<  page précédente     page suivante  >

©2006-2020 Gilles Gablain